Une école innovante pour des élèves ambitieux

Lire à BALATA …LIRE pour ECRIRE, ECRIRE pour DIRE

Il s’agit d’un projet d’écriture poétique à la manière du SLAM. Le thème retenu était « souvenirs d’enfance ».
Afin de nourrir la réflexion des élèves, des ouvrages ont été mis à disposition des classes participantes à ce projet, par le CDI du collège. Ce prêt a fait l’objet d’une convention entre le collège et les écoles élémentaires.

Œuvres retenues :

  • Rêves amers de Maryse CONDE
  • Une enfance créole de Patrick CHAMOISEAU
  • L’odeur du café de Dany LAFERRIERE
  • Mon bel oranger de José Mauro DE VASCONCELAS
  • Le lérol de mon enfance d’Aline BELFORT-CHANOL

L’écoute d’artistes spécialisés dans la pratique du SLAM , tel que GRAND CORPS MALADE, ONCLE, EMELYNE OCTAVIE (intervenante) a permis aux élèves de mieux cibler l’impact de cette écriture souvent engagée, l’importance du vocabulaire utilisé, le jeu des intonations de voix, la diction tantôt rapide (pour marquer une peur, une angoisse, une colère….), tantôt lente (qui marque un retour à l’apaisement, au calme, à la quiétude….)

La production d’écrit a fait l’objet d’un apprentissage régulier et progressif, encadré par l’enseignant et l’intervenante Emmelyne OCTAVIE.
Cet apprentissage a permis aux élèves d’apprendre à narrer des faits réels, à décrire, à expliquer une démarche, à justifier, à inventer des histoires, à résumer des récits, à écrire des poèmes, en respectant des consignes de composition et de rédaction.
Les élèves se sont entrainés à rédiger, à corriger et améliorer leurs productions, en utilisant le vocabulaire acquis, leurs connaissances grammaticales et orthographiques ainsi que les outils mis à disposition (dictionnaire).
Ils ont été amenés à raisonner pour analyser le sens des mots selon le contexte.

Le SLAM est une poésie orale, urbaine, déclamée. Les élèves étaient pleinement libres de dire leur poésie dans la forme qu’ils désirent (parlé, chanté, rythmé ou non…).
Afin d’améliorer leurs productions orales, et leurs dictions les élèves ont pu s’enregistrer grâce aux enregistreurs numériques, le but final étant de présenter leurs productions de manière expressive.


©2019 Académie de la Guyane - Tous droits réservés |